in

Tout savoir sur le cannabis Sativa

D’aucuns attribueront au cannabis un phénotype limité à cette image symbolique de la feuille de marijuana, agrémentant certains vêtements, mais aussi le blason de la ville estonienne de Kanopi ! Mais derrière cette représentation attribuable à la beuh, les connaisseurs distingueront au moins deux grandes familles de cannabis. La sativa est une d’entre elles et est sans doute la première de toutes les espèces à avoir été reconnue.

Typologie du cannabis : sativa, première découverte

Le cannabis sativa de son nom scientifique est étudié de long en large depuis le XVIIIe siècle, alors que sa culture date de 5000 ans, à en croire les archéologues. Elle a d’abord été comprise comme la mère de tous les genres de cannabis, avant que d’autres scientifiques reconnaissent l’existence d’autres espèces de chanvre. Il s’agit de l’indica, du ruderalis, de l’afghanica qui est en petite production. À remarquer que certains classent ces 4 lignées aux différents phénotypes comme étant de mêmes espèces, d’autres considèrent les trois autres comme étant les sous-espèces du sativa.

À l’issue de nombreuses recherches, les scientifiques ont noté que la sativa avait évolué principalement en Asie, en Chine plus précisément. On la retrouve aussi de nos jours dans la région sud-est asiatique, naturellement en abondance en Thaïlande et au Vietnam, mais également dans le sud des Amériques et en Afrique. Ces plantes préfèrent les milieux à longue période estivale, chauds et humides.

Points différenciant

Certaines particularités de la sativa par rapport aux autres plantes de cannabis peuvent être évidentes, tandis que d’autres sont plus confuses, indéterminées et nécessitent une analyse plus profonde.

Si l’on différenciait la sativa au niveau morphologique, les nuances sautent parfois aux yeux. Elle se reconnait ainsi d’emblée par sa taille importante, ainsi que par ses feuilles élancées et étroites. Celles-ci sont agrémentées de plusieurs folioles pointues et irrégulières (parfois plus d’une douzaine). Le cannabis sativa peut également se distinguer par sa couleur verte à ton foncé.

Le comportement de la plante de cannabis sativa pendant sa croissance peut également indiquer sa nature. Notamment, la floraison de cette plante s’accompagne d’un gain impressionnant en hauteur. Sans contrôle, les plantes de ce type peuvent atteindre jusqu’à 2 m ou plus de hauteur. Pour ces raisons, les chanvres agricoles à finalité industrielle sont de ce type.

Sativa : taux en THC et en CBD 

Contrairement aux idées reçues, indépendamment de leur nature, mais plutôt en considération de leur origine ou milieu géographique, les plantes de sativa pure présentent des taux variables en THC et CBD. Les scientifiques les regroupent en 3 catégories distinctes sur la base de leur chémotype.

  • Sativa du premier chémotype avec plus de 0,3 % de THC et une infime présence de CBD.
  • Sativa du second chémotype présentant un taux de plus de 0,5 % en CBD et un taux faible, mais variable de THC.
  • Sativa du troisième chémotype avec moins de 0,2 % de THC et un taux de CBD de plus de 0,5 %.

De manière générale, un environnement chaud produit à taux CBD élevé, tandis que les climats tropicaux favorisent une teneur plus élevée en THC, etc. Autrement dit, la seule notion de sativa (ou d’indica) ne peut résumer à elle seule la propriété riche en THC ou CBD d’une plante de cannabis. Qu’en est-il alors au niveau des caractéristiques intrinsèques du cannabis sativa ?

Les attributs d’un cannabis sativa

Les amateurs de cannabis ne finiront pas d’entendre et de diffuser des informations à propos des différences endogènes de la sativa, notamment par rapport à l’indica, etc. Le consensus semble déjà fixe chez les consommateurs et les producteurs, en ce qui concerne le goût, les arômes et les effets de ces variétés de chanvres. Aussi, selon les contemporains de la beuh, la sativa adopte la saveur fruitée, tout en laissant perdurer un certain goût d’ammoniaque. Les variétés à dominante de ce type présentent des arômes floraux et exotiques. En ce qui touche les effets, ceux de la sativa semblent aussi déterminés, car en somme, c’est de la beuh « cérébrale » et énergétique.

Cela étant dit, sachant que la sativa et l’indica est à la source de nombreuses techniques d’hybridation, il en est issu un vaste multivers de nouvelles plantes vertus assez difficiles à diversifier. En effet, tantôt elles sont distinctes et tantôt, à très faibles nuances prêtant à confusion. Pour distinguer la beuh ou la marijuana conforme à ses besoins en termes de taux de CBD ou de THC, le consommateur devra s’orienter vers des vendeurs qualifiés. Autrement dit, des connaisseurs et qui donnent large accès aux informations sur le produit.

QU'EN PENSEZ-VOUS ?

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Weedy : idées et solutions pour les contemporains de la weed

Shit : de la beuh à l’état pur