in ,

CBD et effets, avantages et risques

Actuellement, on se trouve dans un contexte général où l’on se bat un peu partout pour la légalité du cannabis. Cependant, on constate qu’il y a aussi des avancées majeures dans les recherches pour l’utilisation à bon escient de cette plante controversée. Mais faisons un retour sur ce qui concerne la substance non psychoactive qui fait encore l’objet de débat, autrement dit du CBD (et de ses effets) vis-à-vis duquel on ne tarit pourtant pas d’éloges.

Ce qu’il faut connaitre du CBD 

Le CBD ou cannabidiol en jargon scientifique, est un cannabinoïde présent en quantité variable dans les variétés de chanvre. Notamment, ce type de substance chimique est plus abondante dans les plantes indica. Le CBD a été mis en évidence dans les années 1960, antérieurement à la découverte du THC. Celui-ci étant la part psychotrope de la plante de cannabis et qui fait les raisons d’être des interdictions. Autrement dit, le CBD est une molécule sans effet stupéfiant, c’est-à-dire qu’il ne modifie pas l’état de conscience de la personne qui en consomme, etc. Ce sont les principaux résultats d’études sur le CBD et ses effets.

Cela étant dit, d’autres chercheurs reconnaissent qu’il y a encore de la place aux doutes quant à l’effet psychoactif du CBD, sachant par exemple qu’on ne sait pas encore si cette substance favorise la libération de dopamine (précurseur de l’adrénaline, « molécule du plaisir », qui influe directement sur le comportement), etc. Quoi qu’il en soit, l’on s’en tient à de nombreux témoignages sur ses nombreux bénéfices.

CBD et effets : les bienfaits

Le cannabidiol est reconnu par de nombreux scientifiques, mais implicitement aussi par les pouvoirs publics, comme une substance au moins utile pour les humains. Il fait l’objet de nombreuses études, mais d’ores et déjà, on est en quelque sorte dans une phase de tests.

Dans un premier temps, on se permet de ne plus douter des effets positifs du CBD sur les états d’anxiété et de dépression, même s’il faut parfois des doses thérapeutiques pour les cas maladifs. Et s’il est de plus en plus préconisé pour soulager des douleurs même les plus sévères (issues de graves maladies comme les arthroses, le cancer, etc.), le CBD présente de forts potentiels à soigner des maladies. Les études sont orientées actuellement sur l’usage du cannabis CBD dans le combat contre certains cancers. Ce cannabinoïde prouve aussi des effets positifs sur les scléroses, l’épilepsie, etc. La plupart des scientifiques du monde médical sont plutôt confiants quant au développement de thérapies à base de CBD.

À noter que le mode d’extraction de ce cannabinoïde du chanvre peut en définir la quantité et donc amener à la production d’effets variables. On aura du CBD à effet immédiat ou différé, plus conséquent ou modéré, etc. Certains produits au CBD prendront donc du temps à produire des effets, tandis que d’autres rendront « stone » en quelques minutes, etc.

Risques liés à la surconsommation de CBD

Toute consommation abusive entraîne des risques pathologiques. Tout comme manger trop de sucre, ingurgiter trop de biscuits, dévorer trop de viande, etc., consommer trop de cannabis CBD sera logiquement néfaste pour la santé aussi bien mentale que physique. D’abord, même s’il s’avère certain que le CBD annule l’effet addictif et psychotrope du THC, en prendre comme d’autres denrées essentielles serait dangereux. En tout cas, avec sa propriété sédative, on risque de grosses fatigues. Il y a aussi le fait de fumer qui n’est, sans doute, jamais bon pour la santé. Selon les vapoteurs en consommer trop engendre de la somnolence. Quoi qu’il en soit, les études faites jusqu’ici sont encore insuffisantes pour pouvoir parler avec précision ce que peuvent être ses effets secondaires. Heureusement, il y a d’autres formes de produits dérivés du CBD, permettant de bénéficier de ses avantages sans en fumer.

Mais en somme, il convient toujours de réfléchir sur les différents aspects liés à l’usage du CBD, la dose à prendre, etc. Sachant qu’il est prouvé que cette substance agit, de manière artificielle donc, sur les principaux récepteurs endogènes, notamment ceux qui régulent l’appétit, la mémoire, la motivation, la douleur, etc., le fait qu’il modifie la façon naturelle dont l’organisme agit devrait déjà amener à faire preuve de prudence. Mais il y a surtout des produits CBD qui n’ont pas suivi des processus de fabrication réguliers et de consensus. Ceux-là peuvent être nocifs et mettre en danger le processus d’intégration du CBD et du cannabis dans la légalité totale.

QU'EN PENSEZ-VOUS ?

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Les terpènes

Fumer du canabisse est-il bon pour la santé ?